Le Bêtisier des Profs

Ça y est, nous sommes dans le bus, sur le chemin du retour. Et si le sommeil ne va pas tarder à nous emporter, nous gardons la tête remplie de souvenirs inoubliables.

Larmor Plage, ce n’est pas un banal séjour d’intégration. C’est aussi beaucoup d’amour à partager.

Larmor Plage, c’est aussi un endroit où même des adultes responsables peuvent replonger dans les méandres de l’enfance.

Larmor Plage, c’est aussi l’envie irrésistible de taquiner nos élèves. Qui aime bien châtie bien, non ?

Parfois même, Larmor Plage a des airs de Rio de Janeiro.

Enfin, Larmor Plage, c’est une aventure humaine que nous avons tenu à partager avec vous, jour après jour, nuit après nuit…

A présent, nous allons rejoindre les bras de Morphée.
Bonne nuit à vous, merci de nous avoir lus et à très bientôt !

Réagir à cet article

Un après-midi légendaire 

C’est la dernière ligne droite au camp de Larmor Plage, et toute l’énergie de nos élèves a été utilisée pour profiter pleinement des dernières activités du séjour.

Le groupe qui n’avait pas encore eu la chance de découvrir la Côte Sauvage s’est préparé pour une longue randonnée sur le soleil breton qui a illuminé notre quotidien.

Un peu plus loin, les autres élèves se sont dirigés pour la seconde fois vers la forteresse de Port Louis afin de pouvoir la visiter de l’intérieur.
L’occasion pour les enfants de faire quelques selfies sur le bateau…

Une fois sur place, la légende de la forteresse de Port Louis a été révélée au grand jour.

Alors que les espagnols avaient pris le contrôle de la forteresse et gagné un avantage stratégique sur leurs ennemis, ils tombèrent sous le charme des femmes françaises et mirent tout en oeuvre pour les séduire.

Mais c’était peine perdue, surtout pour le soldat que l’on aperçoit sur le côté droit des tableaux de l’époque.
Alors, plutôt que de s’en remettre à l’amour, tous préférèrent s’allier pour mettre la main sur le trésor caché du fort.

Bien évidemment, ce fut un échec cuisant, et la forteresse fut rendue aux français quelques siècles plus tard.

Et si l’Histoire ne se termine pas toujours de la meilleure des façons, la nôtre reste à jamais teintée de sourires.

A bientôt… pour le dernier article du séjour. 😉

Réagir à cet article

Un réveil tout en douceur

Nos élèves montrent les premiers signes de fatigue. Du coup, c’est calme. Trop calme. Alors, M. Le Bris chante du Patrick Sébastien pour motiver les troupes. Faible succès.

Mais l’enthousiasme remonte rapidement à l’approche de la plage, où sont disposés les chars à voile.

La deuxième partie de la matinée a été consacrée à une nouvelle session de pêche à pied, où nos élèves sont parvenus à attraper une saule !

En parallèle, un autre groupe s’est rendu au port de pêche pour y découvrir la chaîne de transformation du poisson, du bateau à l’étal.

L’odeur ambiante ainsi que la découpe du poisson ont été fortement appréciées !

Réagir à cet article

Insolite : le secret des profs enfin révélé.

Être face à cinquante-deux adolescents surexcités, c’est parfois compliqué.
Heureusement, pour tenir le coup, nous avons trouvé LA solution.

Parmi les effets secondaires notables, nous retiendrons surtout l’utilisation intensive du mégaphone pour animer le dortoir des garcons, ainsi qu’une très légère tendance à raconter et faire n’importe quoi pour amuser la galerie.

Réagir à cet article

En avant, marche ! 

Après avoir rechargé nos batteries pendant la pause déjeuner, les élèves qui n’avaient pas eu l’occasion de se rendre à la forteresse hier ont pris la direction de Port Louis.
La traversée en bateau a été très appréciée et cette fois, les portes du fort étaient ouvertes. L’occasion rêvée pour le visiter de l’intérieur.

Pendant ce temps, l’autre groupe faisait une randonnée mémorable sur la Côte Sauvage pour s’imprégner de la nature environnante… et des âneries de M. Le Bris.

Cette longue balade a mis les pieds de nos élèves à rude épreuve, mais cela ne nous a pas empêché de vivre pleinement la veillée de danse bretonne, que vous découvrirez prochainement en vidéo !

Une chose est sûre : à Montcornet, nous avons le rythme dans la peau !

Réagir à cet article